La renaissance de la Commedia dell’arte

La classe de 6GT - 14 mars 2017

Compte-rendu de la représentation du spectacle « Etre ou ne pas être » de Luca Franceschi

Le mercredi 8 février 2017, les classes de 3èmes sciences et langues, 3ème arts d’expression, quatrième FLE ainsi que le groupe de 6 ème langues et sciences ont eu l’opportunité d’assister à une représentation théâtrale au C.R.E.A, un nouveau centre de résidences et de créations artistiques situé à Saint Gilles.

PNG - 466.2 ko
C.R.E.A

Luca Franceschi est un comédien et metteur en scène italien qui a signé déjà plus de 40 mises en scène pour différentes compagnies en Europe.

Pour la pièce, « Etre ou ne pas être « , il est seul et en scène et le spectacle commence d’une certaine façon sur cette question « Etre ou ne pas être, telle est la question… » . L’histoire raconte en effet le combat entre deux personnes qui essaient d’exister. D’un côté, Antoine, un comédien snob et orgueilleux, qui a l’idée de rassembler en un même spectacle les plus célèbres monologues de Shakespeare. D’un autre côté, un personnage, au caractère extravagant, qu’Antoine a créé pour l’interprétation. Le but du comédien est de réussir à tout prix à faire passer son projet. Mais les choses ne vont pas vraiment se passer comme il le souhaitait, notamment à cause de son alter ego…

En apportant une dimension assez interactive (le public ne cesse d’être sollicité )et avec un personnage haut en couleurs , le spectacle renouvelle le théâtre populaire dans la tradition de la Commedia dell’arte ( un genre italien qui était fondé en partie sur l’improvisation , mais aussi sur des personnages burlesques). Mais Luca Franceschi réussit aussi à intégrer cette influence populaire en la fusionnant intelligemment avec le théâtre de Shakespeare.

PNG - 588.6 ko
Commedia dell’arte, le personnage d’Arlequin

C’est aussi dans une perspective tout à fait contemporaine que le spectacle s’inscrit puisque, conçu comme une pièce de théâtre sur le théâtre, il interroge les composantes de ce type d’œuvre. A quel point les personnages sont-ils vivants ? Jusqu’où peut aller la participation du public ?

Notons aussi un jeu impressionnant, qui laisse parfois le public sans voix On passe parfois en un clin d’œil entre deux personnages totalement opposés.

Nous garderons le souvenir d’une comédie désopilante qui aura eu le pouvoir de nous transporter à travers diverses émotions : du rire à la joie, jusqu’ à la tristesse et la peur…

Pour terminer, nous conseillons vivement cette pièce aux amoureux des tragédies et des comédies, mais surtout souvenez-vous de ne pas interagir avec Antoine…

La classe de 6GT